InternationalPolitique

Japon – Nouveau premier ministre, une volonté ferme d’accueillir les J-O.

Yoshihide Suga, nouveau premier ministre élu le 16 septembre 2020.

Shinzo Abe, premier ministre japonais pendant près de 9 ans, se retire pour des raisons de santé.

Le 28 aout dernier, le monde apprend le retrait officiel du premier ministre japonais Shinzo Abe, pour des raisons de santé, lors d’une conférence de presse. En pleine crise pandémique de la COVID-19, les questions liées à la gestion interne du pays et l’arrivée des Jeux Olympiques se posent pour le nouveau successeur.

Au Japon, le nouveau premier ministre est nommé par l’empereur, Naruhito, sous recommandation des deux chambres du parlement japonais. Yoshihide Suga devient premier ministre le 16 septembre 2020. Élu avec 68% des voix de la chambre basse et 59% des voix de la chambre haute, il devra reprendre le dossier épineux de la gestion de la COVID-19. Toutefois, un sujet est au cœur des préoccupations gouvernementales, l’organisation des Jeux Olympiques.

Des Jeux Olympiques déjà reportés, le point sur la situation.

Thomas Bach et le CIO annonçant les nouvelles dates des jeux olympiques 2021. – AFP ARCHIVES

En 2013, la ville de Tokyo est nominée pour accueillir les Jeux Olympiques d’été 2020. C’est la deuxième fois de son histoire, après 1964, qu’elle doit recevoir les JO. A chaque fois, les Jeux Olympiques sont une occasion de donner un coup de projecteur sur le pays hôte.

Le Japon, lui, avait bien saisi ces enjeux. Le gouvernement avait fait de ces jeux olympiques un évènement clé pour le pays. Ils auraient permis de montrer une certaine avancée technologique, la diffusion toujours plus grande de la culture populaire japonaise et le développement du tourisme.

Shinzo Abe, ancien premier ministre était apparu déguisé en Mario à la cérémonie de clôture des JO de Rio, pour annoncer les Jeux de Tokyo, vanter sa culture Geek et un accueil chaleureux.

Le 20 mars 2020, la flamme olympique arrive sur le sol japonais, trois jours plus tard les JO seront reportés à cause de la pandémie. Initialement prévus le vendredi 24 juillet 2020, les annonces faites par le CIO reportent le lancement des JO au 23 juillet 2021 : une perte considérable pour le Japon, mais aussi pour les sponsors.

Une énorme perte financière

A sept mois de ce qui devait être le début de la compétition, les autorités japonaises avaient dévoilé, dimanche 15 décembre 2020, le stade qui a été inauguré par Usain Bolt.

C’est une énorme perte financière pour le Japon et les sponsors qui doivent maintenant retarder le lancement à juillet 2021. Le nouveau stade olympique national aura coûté près de 1.4 milliards de dollars, soit une des constructions sportives les plus couteuses au monde. Elle se voit inutilisable avant le lancement de la compétition. Le 30 novembre dernier, sa construction s’achève. Le lendemain le premier cas de COVID fera son apparition à Wuhan, en Chine.

La vente des billets retardée, le village olympique vide, et l’incertitude quant à la tenue des jeux en 2021 représentent une perte considérable par rapport aux recettes. Le pays doit répondre à un nouveau défi, gérer efficacement une crise sanitaire sans précèdent et assurer le futur des Jeux Olympiques sur son territoire.

Bien entendu, le Japon ne s’est pas seulement équipé d’un stade. C’est tout un village olympique qui a suivi. Le Japon et son gouvernement ont la ferme volonté de faire oublier l’image de Fukushima, et de passer à la suite, de donner une nouvelle image au japon.

Par ailleurs, le comité d’organisation de Tokyo 2020, qui ne change pas de nom, a publié un nouveau trailer. « Tokyo 2020 + 1 » en suivant l’actualité mondiale, répondant à la déception de millions de spectateurs.

Une appréhension des japonais, l’OMS pessimiste.

Comme prévu, la première épreuve, un match de Baseball, aura lieu à Fukushima. C’est là probablement une volonté du pays organisateur de tourner la page une bonne fois pour toute.

Nous remarquons toutefois une appréhension des japonais quant à la tenue des JO. Selon une chaine nationale japonaise, seulement 55.5% des Japonais sont heureux de voir arriver les Jeux Olympiques. Ils étaient près de 70% l’an dernier. La Covid-19 et la gestion sanitaire n’y sont pas pour rien, les japonais perdent confiance en leur gouvernement, une situation semblable à la France qui influe fortement sur la tenue des JO.

L’OMS reste pessimiste sur l’organisation d’un évènement comme celui-ci. Il précise qu’un retour à « l’ancienne normalité » est peu probable avant 2022.

Plus dans :International

0 %