Histoire

Les derniers résistants de la Libération, ils étaient quatre en 2020, aujourd’hui il n’en reste qu’un !

En 1944, lors de la Libération de Paris, plus de 1000 personnes deviennent les Compagnons de la Libération et entre dans l’histoire de France. En cette année 2020, il ne restait que quatre résistant encore vivant, aujourd’hui il est seul.

Hubert Germain dernier résistant vivant

Hubert Germain est devenu cette semaine chancelier d’honneur de l’ordre de la Libération après la mort de Daniel Cordier autre résistant et ami de Jean Moulin. Né en 1920 et actuellement âgé de 100 ans, Hubert Germain est le premier à entrer dans les Forces françaises libres durant la Seconde Guerre mondiale, après celle-ci il est fait Compagnon de la Libération ainsi que mille autres résistant par le Général De Gaulle. Il prit une carrière politique en devenant député ainsi que ministre sous la présidence de Georges Pompidou et devient maire de Saint-Chéron dans l’Essonne. Après une vie politique mouvementée, il prit sa retraite aux Invalides où il réside depuis 2010.

« Je suis juste un Compagnon parmi les Compagnons ! (…) Nous étions déterminés avant même d’avoir entendu l’Appel. A 18 ans, c’est le début des rêves, des flirts, des échanges sympathiques et fragiles parfois. Tout cela, je n’ai pas connu. Dès que Charles de Gaulle m’a ouvert la porte, j’ai retrouvé un père et tout de suite embrayé sur la guerre. Ça m’est tombé dessus de façon évidente. » Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération vivant

Daniel Cordier décédé le 20 novembre 2020

Avant de devenir le dernier résistant encore en vie, Daniel Cordier était le chancelier d’honneur actuel. Décédé le 20 novembre à l’âge de 100 ans, il était également résistant, secrétaire et grand ami de Jean Moulin. Avant de mourir, « Rex » alias Jean Moulin emmena Daniel Cordier voir une exposition de peintures, celui-ci découvrit alors une passion jusqu’à ouvrir en 1956, sa première galerie d’art à Paris qui s’exportera en 1960 à New York. En 1964, sa galerie ferme pour raisons personnelles et adressa a ses amis du métier cette lettre intitulé « Pour prendre congé »

« Les peintres sont la vraie famille d’un marchand de tableaux […]. Je ne crois pas que l’on puisse parler de la peinture autrement qu’avec son cœur, et le cœur de chacun étant unique, autrement que par la confession. Le spécialiste et le profane ne sont pas mieux outillés l’un que l’autre quand il s’agit de faire partager leur admiration ou leur dégoût pour les objets mystérieux qui percent le ciel de notre sensibilité : les tableaux. » Daniel Cordier, 1964

En 2008, il sort ses témoignages de guerre dans son livre intitulé « Alias Caracalla » qui reprend son nom de résistant durant la guerre. Après sa mort, un hommage national est organisé par le président de la République Emmanuel Macron aux Invalides en présence de Hubert Germain.

A l’occasion de l’hommage national rendu à Daniel Cordier, un professeur d’histoire Thibaut Poirot se demande comment « continuer à faire rougir les braises de l’histoire dans la conscience des élèves » face à la disparition des derniers « témoins » de cette résistance. Effectivement Edgard Tupët-Thomé, Pierre Simonet et Daniel Cordier étaient les avants-derniers résistant encore en vie laissant seul Hubert Germain.

Edgard Tupët-Thomé décédé le 9 septembre 2020

Edgard Tupët-Thomé, commandeur de la Légion d’honneur, il avait rejoint les Forces françaises libres à 21 ans. Il s’est éteint le 9 septembre, à l’âge de 100 ans. Ayant participé à l’opération Dynamo à Dunkerque pour sauver les soldats, il entre dans la Résistance en 1940 et participe à plusieurs interventions. Décoré de la médaille des Compagnons de la Libération, il quitte l’armée en 1945 et prend un voie scientifique. Il entre aux Invalides pour prendre sa retraite et est fait Grand-croix de la Légion d’honneur. Après son décès, un hommage national lui est rendu aux Invalides par le Premier Ministre Jean Castex.

Pierre Simonet décédé le 5 novembre 2020

Le 5 novembre 2020, moins d’un mois après, Pierre Simonet, autre grand résistant s’éteint à son domicile à l’âge de 99 ans. Engagé dans la Libération après l’appel du 18 juin, il participe à plusieurs interventions notamment durant le Débarquement en Provence, le 16 août 1944 où il prend place en tant que aviateur. Après la guerre, il continue de se battre pour la France jusqu’en 1985 où il prend sa retraire et se retire à Toulon. En 2019, il est fait Grand-croix de la Légion d’honneur. Son décès surgit durant la deuxième vague de la pandémie de Covid-19, le président de la République annonce qu’il y aura un hommage national quand la situation sera plus stable.

Durant la commémoration des 80 ans de l’Appel du Général De Gaulle, le premier ministre anglais Boris Johnson annonce que les quatre derniers résistant seront décorés de l’ordre de l’Empire britannique. Elle leur ai transmise en juillet 2020 par l’ambassadeur du Royaume-Uni Ed Llewellyn.

Cette année 2020, c’est une page de l’histoire qui se tourne, ne restant qu’un seul survivant résistant, celui-ci ne peux plus être approché et prend sa retraire aux Invalides à Paris.

Plus dans :Histoire

0 %