Histoire

Maurice Genevoix entre au Panthéon, qui était-il ?

Cette année particulière, a eu le droit à un événement sacré en France, Maurice Genevoix, écrivain, académicien et poilu de la première guerre née en 1890 et mort en 1980 a fait son entrée au sein du Panthéon. Lui et son célèbre recueil « Ceux de 14 » reposent désormais avec les grands esprits français.

Maurice Genevoix

Élève brillant et carrière littéraire

Né en 1890 et mort en 1980, Maurice Genevoix est un élève brillant. Il fait ses études à l’ENS (École normale supérieur). Peu avant la guerre, il fait son service militaire et est mobilisé sur le champ de bataille durant la Première Guerre mondiale. Participant à plusieurs grandes batailles notamment celle de la Marne, c’est le 25 avril 1915, qu’il fut blessé grièvement dans les tranchés par plusieurs balles dans le bras, ce qui le marquera à tout jamais de cette période en plus de perdre l’utilisation de sa main gauche.

Maurice Genevoix durant la Première Guerre mondiale

Vie de poilu aux travers des mots

Revenu à Paris et ne pouvant plus combattre, il continue de rédiger ses mémoires de guerres. En 1917 sort alors « Sous Verdun », son premier livre sur sa vie de poilu dans les tranchées. Le livre est censuré car jugé trop réaliste au travers des mots. Maurice Genevoix continua à sortir des livres sur ses mémoires, suivrons le premier « Nuits de guerre » en 1917 ou encore « Les Épargnes » en 1923. Au total c’est cinq livres qui sont réunis sous le nom de « Ceux de 14 » en 1949 par Maurice Genevoix lui-même. Ce recueil reçu un immense accueil, car les livres racontent les atrocités qui se passaient dans les tranchées durant cette période. A ce jour, ce recueil est considéré comme le témoignage le plus abondant, le plus précis, le plus exact sur l’expérience combattante.

« C’est un très dur voyage. A chaque chaos j’entendais autour de moi des cris. A un moment-même, un de ces cris avait retenti très proche et je me suis dit : « Quel est l’animal qui gueule comme ça ? » Et la seconde d’après je me suis dit, mais tiens… c’est moi. »

Maurice Genevoix, Ceux de 14
Recueil original entré au Panthéon en même temps que son écrivain

« Je suis tombé un genou à terre. Dur et sec, un choc a heurté mon bras gauche. Il saigne à flots saccadés. Je voudrais me lever, je ne peux pas. Mon bras tressaute au choc d’une deuxième balle et saigne par un trou. Mon genou pèse sur le sol comme si mon corps était en plomb. Ma tête s’incline et sous mes yeux un lambeau d’étoffe saute au choc mat d’une troisième balle. Je vois sur ma poitrine un profond sillon de chair rouge »

Maurice Genevoix, 1915 à son médecin

Entrer pour honorer leurs mémoires

Décédé en 1980, Maurice Genevoix a fait son entrée au Panthéon en ce 11 novembre 2020 sous-ordre du président de la République française Emmanuel Macron. La cérémonie a eu lieu en soirée avec la projection sur le panthéon d’un mapping, projection de vidéos sur des façades de bâtiments, retraçant quelques années de la vie ainsi que la guerre de l’écrivain, c’est aussi la mémoire des poilus de la Grande Guerre qui sont honorer. En dehors du Panthéon, le cortège remonte la rue Soufflot, qui ouvre sur le Panthéon, au fil des années de la Première Guerre mondiale écrites sur le sol. A l’intérieur, des œuvres présentés par l’artiste allemand Anselm Kiefer représentant des matériaux (barbelés, plomb, vélos,) qui évoquaient la Grande Guerre. Avec ce ci et durant le cortège, une mélodie accompagnée celle du compositeur Pascal Dusapin. En ce jour de commémorations et grâce à l’entrée de Maurice Genevoix et son œuvre, que les poilus entrent avec lui au Panthéon.

Le Panthéon de Paris où reposent plusieurs personnalités

La panthéonisation en France, un évènement symbolique

La panthéonisation en France, est un rituel symbolique envers les personnes qui entrent mais aussi pour les Français. Sur la devanture du Panthéon, trône la phrase « Au grands Hommes, la partie reconnaissante », ce qui signifie que quand on entre au Panthéon, c’est que la France vous honore. Mais c’est encore très rare car derrière chaque personne sur la liste d’entrée se trouve une famille et des descendants, c’est le cas en ce moment pour Arthur Rimbaud et Paul Verlaine où la famille s’y oppose pour des raisons familiales. Durant la Ve République, c’est même De Gaulle lui-même qui a refusé d’être une fois mort enterré au Panthéon car pour lui c’était un tombeau vide, avec des pierres froides. En 1791, c’est Mirabeau, le premier à entrer au Panthéon mais aussi le premier à en sortir pour des raisons politiques tel que la liaison avec le roi durant la Révolution Française. Depuis cette date, 79 personnalités reposent à l’intérieur, politiciens/politiciennes, écrivains/écrivaines, … Malgré cela, depuis la panthéonisation de Simone Veil et son mari, le combat entre hommes et femmes fait rage, sur les 79 personnalités, c’est 5 femmes qui y reposent (Simone Veil, Marie Curie ou encore Geneviève De Gaulle) aux côtés par exemple de (Victor Hugo, Émile Zola, Jean Jaurès ou encore Voltaire).

Prix Goncourt pour son roman Raboliot en 1925 et secrétaire général de l’Académie française pendant plus de quinze ans entre 1958 à 1973, Maurice Genevoix, ce poilu et survivant de la Grande Guerre a donc eu une grande place dans la littérature française du XXème siècle. Ayant continué a écrire ces livres après la fin de la guerre, Maurice Genevoix en gardera le souvenir de cette période toute sa vie.

« Qu’il soit bien entendu que c’est un cas parmi des centaines de milliers d’autres. Je suis obligé de dire « je » mais je m’efface en quelque sorte, si paradoxalement que ce soit, derrière ce « je ». »

Maurice Genevoix

La commande des œuvres du Panthéon :

Vidéo de la Panthéonisation de Maurice Genevoix, le 11 novembre 2020

Plus dans :Histoire

0 %